Comment venir à bout de ses douleurs avec les auto massages?

Aujourd’hui on vous parle ‘point gâchettes’ OU ‘trigger points’  Oui on sait…que des noms bizarres. Cela ne vous parle peut-être pas d’ailleurs, et pourtant vous en souffrez sûrement. Il s’agit de contractures musculaires.

Revenons à la base. Tout d’abord, qu’est-ce qu’une contracture musculaire ?

Une contracture, terme utilisé le plus souvent dans le milieu sportif, est une contraction musculaire involontaire d’un certain nombre de fibres musculaires au sein d’un même muscle ou d’un groupe musculaire, souvent douloureuse, et normalement non associée à une inflammation de la fibre musculaire. Le muscle contracturé se raccourcit de façon prolongée, ce qui peut entrainer des douleurs, voire des blocages sur les zones concernées. En général, la  circulation sanguine et lymphatique se retrouve bloquée à l’endroit en question, entravant aussi l’expulsion des toxines qui sont censées s’évacuer via ces 2 circulations.

Beaucoup d’élèves de notre association, ainsi que de la salle de fitness où nous travaillons souffrent souvent de douleurs diverses mais les douleurs qui reviennent le plus souvent restent les douleurs lombaires, cervicales, et les douleurs au niveau du genou. Si c’est votre cas, et que vous avez fait des examens qui montrent que vos articulations sont intactes (pas de cartilage abîmé, pas de ligament distendu voire déchiré etc.), alors il est fort probable que la douleur que vous ressentez ne soit que musculaire, même si elle est très douloureuse. Et donc dans ce cas, vous pouvez vous prendre en charge et soulager voire faire disparaitre vos douleurs en pratiquant les auto-massages.

Afin d’enseigner comment trouver les fameux ‘points gâchettes’ qui font en général souffrir, nous avons organisé un stage d’auto-massages le vendredi 18 octobre dernier pour les adhérents de notre association sportive MOVING FORWARD.

https://moving-forward.fr/moving-forward-lassociation-de-la-sante-par-le-sport-utilise-le-concept-body-reboot/

Localisation des douleurs

En général vos douleurs se situent :

Au niveau des cervicales

-Dans le bas du dos. Sachez d’ailleurs que lorsque l’on a mal dans le bas du dos, c’est que l’on n’engage pas les muscles lombaires et paras vertébraux, qui sont atrophiés. Et comme ils sont atrophiés, ‘gélifiés’, ils ne remplissent pas leur fonction de protection au niveau de la colonne lombaire, ce qui signifie que votre colonne lombaire est trop relâchée, trop cambrée. Cela va entrainer un tassement anormal au niveau des disques intervertébraux.

Pour voir comment faire pour apprendre à engager ces muscles, allez voir notre article sur le « redressement de la colonne » ainsi que notre vidéo intitulée « redressement du dos ».

https://bodyrebootparis.com/votre-placement-en-4-etapes/

Les muscles atrophiés, combiné à des disques vertébraux ‘tassés’, vont entrainer des compensations anormales au niveau du squelette. Et oui, le corps fait son possible pour résister et se réparer, mais jusqu’à un certain point. Passé ce point, il tire le signal d’alarme en vous informant via ces douleurs qui s’installent progressivement. Mais vous pouvez agir dès les premier signes sans attendre d’avoir le dos ou les cervicales bloquées, car le problème sera alors dans ce cas plus long à soigner.

Repérage des points à l’origine de ces douleurs

En effet, avant de savoir comment venir à bout de nos douleurs, il faut d’abord apprendre à repérer où sont localisés les trigger points. Ces derniers responsables des douleurs que vous ressentez dans les cervicales ou le bas du dos sont la plupart du temps localisés aux mêmes endroits.

  •  Douleurs lombaires: Trigger points localisés le long des paras vertébraux

Les contractures musculaires vont alors se former soit à intérieur du para vertébral (entre la colonne et l’intérieur du muscle), soit à l’extérieur du para vertébral.

Si vous vous faites masser, il s’agira pour le masseur de venir aligner les fibres musculaires ‘emmêlées’, ‘contractées’ à ces endroits, en remontant avec ses doigts (de préférence les pouces) le long du muscle pour ‘démêler’ les fibres et drainer les liquides bloqués comme la lymphe ou le sang.

  •  Douleurs cervicales: Trigger points localisés au niveau des trapèzes

ll faut savoir que souvent lorsque vous avez mal aux cervicales ou même que vous êtes ‘bloqués’ car vous avez un torticolis, cela à la plupart du temps pour origine des trigger points au niveau de vos trapèzes supérieur et /ou moyens , la partie jouxtant les para vertébraux.

Le cas d’Ivaïlo illustre bien comment on peut être bloqué au niveau des cervicales à cause de trigger points localisés dans les trapèzes. On vous laisse le découvrir en image en cliquant sur le lien ci-après.

 

Une fois les points localisés, si vous pouvez vous faire masser, cela reste la meilleure solution. Mais si jamais vous n’avez personne à disposition, vous pouvez apprendre à le faire vous-même en utilisant les 2 accessoires suivants :

1/-la balle de tennis

La balle de tennis est la seule susceptible de pouvoir ‘désactiver’ les points gâchettes un par un car elle cible de manière précise chacune de vos contractures, que cela soit au niveau des cervicales ou au niveau des lombaires. Comment faire ? Vous pouvez utiliser la balle, allongé au sol ou en vous appuyant sur celle-ci contre un mur.

2/-le rouleau de massage

Le rouleau est surtout très efficace  pour le drainage musculaire. Cependant, au niveau du dos, il faut prendre soin de ne pas masser sur la colonne vertébrale, ou seulement avec un rouleau plus mou. Placez-vous plutôt sur la partie droite ou gauche de la colonne lombaire pour rester que sur le muscle lorsque vous vous massez et ne pas toucher les côtes.

Par ailleurs, sachez que vous pouvez utiliser le rouleau également au niveau des jambes dans certains cas. Nous vous laissons consulter l’article en question sur le sujet.

C’est ce que nous avons montré aux adhérents de notre association MOVING Forward présents lors de ce stage. Nous vous laissons regarder cette formation en image.

 

 

Comment obtenir des pecs de Jedi?

Vous commencez à le savoir maintenant, nous on aime  aussi sculpter des beaux corps musclés, surtout chez vous les hommes 😉 et le nerf de la guerre, soyons honnêtes, c’est surtout les pecs ! ahaha !

Ce qui vous désole souvent, c’est de ne pas arriver à prendre à cet endroit, malgré les efforts acharnés dont vous faites preuve à l’entrainement. Si vous vous reconnaissez dans cette dernière phrase, nous allons vous expliquer pourquoi, vous n’arrivez pas à atteindre votre objectif. Et cela n’a rien à voir avec le fait d’ingurgiter des tonnes de protéines ou de ne pas pousser assez lourd. Le manque de prise de masse à ce niveau trouve en fait son origine dans votre mauvais placement et/ou dans la réalisation de votre mouvement pendant l’exercice.

Que cela soit en libre avec l’exercice du développé sur banc ou à la machine avec le développé horizontal, vous commettez en général les erreurs suivantes :

-Vous faites le geste en agrippant les poignets ou la barre avec vos poignets cassés vers l’intérieur.

Vous faites alors le geste avec le cou, ce qui creuse vos cervicales (le fameux cou de vautour dont on n’arrête pas de vous parler) et avec la force des bras, ce qui « enfonce  » votre poitrine.

Et comme en plus vos épaules ne sont pas fixées avec vos dorsaux à l’extérieur de votre buste, vous mettez alors trop de tension au niveau de votre colonne dorsale et cervicale qui se retrouvent alors « enfoncée ».

Sans parler de ceux que nous voyons prendre de l’élan pour pousser la charge en décollant la tête du banc… On se meurt en voyant cela! En plus de vous faire mal, vous ne travaillez pas du tout vos pecs, 0 connexion!

Pour faire de la musculation de manière efficace et dans se blesser, il est important de prendre en compte deux choses:

1/votre placement
2/la réalisation de votre geste

Les corrections relatives à votre posture sont toujours les mêmes mais pour récapituler rapidement, ce qu’on n’arrête pas de répéter dans nos vidéos, c’est:

  • Avoir les épaules en rotation externes à l’extérieur du buste et connectées avec les dorsaux
  • Avoir la nuque longue et étirée dans le prolongement du buste
  • Avoir les côtes rentrées (donc on ne serre pas les omoplates) et les abdos aspirés

Attention, pour le mouvement du développé à la machine, on attire en particulier votre attention sur le placement des poignets : gardez les poignets droits et alignés et préférez donc la prise où vous avez le pouce collé à l’index (ce qui évite la rotation interne de l’épaule) pour vous aider à pousser « droit » et non en agrippant.

Avec les poignets cassés, vous ne pouvez en aucun cas activer vos pecs parce que vous obligez votre bras jusqu’à l’épaule à partir en rotation interne avec une conséquence néfaste d’enfoncement de la poitrine d’où la non activation de vos pecs. Et même si cela à l’air de rien du tout, cela a un impact « grandissime » sur la performance de votre mouvement.

2/ les corrections relatives à la réalisation du mouvement : ici le développé

  • Votre geste doit se faire par « en dessous »  par les dorsaux et vous devez chercher à pousser la charge comme si vous vouliez la pousser dans vos abdos. Sinon vous allez pousser « par au dessus » c’est-à-dire uniquement avec la force des bras et faire le mouvement avec un cou crispé et rigide. Et dans ce cas, vous ne connectez pas du tout vos pecs

  • la poitrine doit être haute mais les côtes rentrées afin d’étirer uniquement la partie sternale

  • A la fin du mouvement vos bras doivent buter dans votre buste à l’extérieur de celui-ci et le plus bas possible. Comme repère, vous devez avoir les biceps qui arrivent jusqu’au niveau du milieu du pec, oui oui on dit bien jusqu’au niveau du milieu du pec. Cela est donc uniquement possible si vous baissez à mort vos épaules.

  • En gardant les épaules abaissées, activez votre colonne en vous auto-grandissant et en poussant sur vos fessiers jusqu’au sommet du crâne

  • Avec les poignets droits vous devez pousser la charge vers l’avant et en même temps vous retro pulser dans le dossier

La dernière étape et la plus difficile pour vous va être d’appliquer toutes ces corrections en même temps pendant la réalisation de votre geste. Cela peut vous paraitre fastidieux mais c’est la seule façon d’obtenir un travail efficace sans vous blesser.

Que vous le vouliez ou non, sachez que c’est que de cette façon que vous pouvez dessiner vos pecs en sachant comment isoler les fibres des différents niveaux du pec (partie haute, médiane et basse). On ne veut pas être méchante mais la plupart d’entre vous n’avez pas développé la partie claviculaire ; vous n’êtes pas larges du haut de la poitrine. Et si c’est le cas, maintenant vous ne pouvez plus dire que vous ne savez pas à quoi cela est du 😉

Allez les gars, comme vous vous aimez les belles fesses, nous on aime les beaux pecs, chacun son taf 😉 Alors, maintenant ya plus qu’à !

 

NB: pour visionner toutes ces explications en vidéo, nous vous invitons à cliquer sur les 2 liens ci-dessous

 

 

 

 

 

 

Douleurs cervicales et musculation des épaules

Avoir des épaules bien dessinées, c’est très joli esthétiquement. Malheureusement, la plupart des personnes qui décident de se mettre à la musculation des épaules sont nombreuses à se blesser, en général. Pourquoi ? Il a plusieurs raisons à cela.

1er cas de figure : vous avez les épaules qui montent et partent trop vers l’avant (en rotation interne) ce qui fait que vos tendons, ligaments etc. vont frotter contre les os, entrainant des inflammations sur le long terme.

2ème cas de figure : vous serrez vos omoplates (bouhou…on saigne à nouveau !!! chez BODY REBOOT on ne serre jamais les omoplates !!) les épaules partent donc vers l’arrière, ce qui entraine un enfoncement de votre colonne vertébrale en mettant une pression sur celle-ci ainsi que sur la colonne cervicale et sur les trapèzes.

3ème cas de figure : vous avez les épaules hautes et dans ce cas vous mettez beaucoup de pression sur le trapèze supérieur, ce qui tasse vos cervicales.

4ème cas de figure : c’est le cumul des 3 cas précédents : le gagnant du concours !

Il faut que vous gardiez en tête que les épaules sont des petits muscles, et donc lorsque vous avez des charges de plusieurs kilos au bout des bras, c’est vraiment dangereux et à bannir selon nous, si vous ne voulez pas vous « détruire ». Vous allez compenser et jeter la tête et le cou vers l’avant pendant le mouvement en tirant les bras et les coudes loin vers l’arrière car vous avez besoin d’un élan pour soulever la charge.

Dans ces cas de figure, vous ne travaillez pas les épaules mais à l’inverse vous accentuez vos déformations au détriment de la bonne posture.

On vous met en garde car les blessures au niveau des épaules sont douloureuses et en général très longues  et difficiles à soigner.

Les solutions, toujours les mêmes, on se répète 😉

  • Baissez les épaules et gardez-les à l’extérieur de votre buste
  • Étirez et allongez la nuque dans le prolongement du corps
  • Le mouvement doit se faire par en dessous, par les dorsaux, en gardant les épaules basses pendant la phase montante du mouvement. Vous allez alors décharger la tension mises sur le trapèze supérieur et donc aussi sur les cervicales.
  • Si vous prenez de l’élan, prenez le plutôt avec les jambes qu’avec la partie haute du corps qui vous fait compensez avec le trapèze..

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. On vous laisse voir cela en images, en cliquant sur le lien ci-dessous.

Interview méthode BODY REBOOT: Pour qui? Pourquoi? Comment?

Il y a quelque temps nous avons eu la chance d’être invitées par la journaliste Gwénola  sur Radio Protestante dans le cadre de sa chronique Sport Mag. Roumy ne pouvant venir avec moi, j’y suis allée seule afin de répondre à ses questions concernant la méthode BODY REBOOT et l’histoire de celle-ci.

Donc BODY REBOOT, Quèsaco ?

BODY REBOOT, c’est d’abord une rencontre. Il ya 5 ans, j’ai décidé de changer de vie et de laisser le monde du Marketing et de la Communication pour emprunter une nouvelle voie et devenir prof de sport, ou, comme on dit plus communément, coach sportif. Après une année d’école et mon diplôme en poche, j’ai commencé à travailler en partie au CMG Sportclub de Palais Royal où j’ai connu Mariana, alias Roumy. J’ai tout de suite été interpellée par sa façon de travailler, sa logique du corps… complètement différente de celle qui m’avait été transmise jusqu’à alors. Chaque question que je pouvais avoir (c’est le cas encore maintenant), je la lui posais, et j’étais à chaque fois, de plus en plus émerveillée par son approche et sa compréhension du corps. Et puis, un jour je lui ai dit « Roum, ce n’est pas possible, il faut vraiment que tout ça, toute cette connaissance que tu as, qu’elle sorte d’ici ». Et ce fut le point de départ de l’aventure BODY REBOOT.

Nous avons donc commencé à structurer, récapituler sa façon de travailler, sa manière d’appréhender le corps en une méthode : La méthode BODY REBOOT, « l’analyse posturale ».

Donc BODY REBOOT, c’est pour qui ? Ça consiste en quoi exactement ? et surtout ça se passe comment ?

La spécificité de la méthode consiste en le fait que nous replaçons le corps à l’opposé de ce que tout le monde enseigne de manière générale. Nous pouvons lire l’étonnement des gens lorsque nous leur transmettons notre vision du corps, qu’ils trouvent tous logique ; ils nous posent souvent la question : « mais alors, pourquoi nous a-t-on enseigné le contraire toute notre vie ? »

La méthode vise à déprogrammer les mauvaises postures enseignées de manière générale pour reprogrammer les bonnes. Le concept BODY REBOOT démolit les mythes et croyances concernant la posture et la réalisation de chaque geste, que cela soit en musculation, ou dans la vie quotidienne.

Avant chaque travail musculaire est mis en place un travail de rééducation posturale qui va à l’encontre de la pensée commune.

Le concept BODY REBOOT utilise divers outils et méthodes:

-les massages s’il y a des douleurs. Les massages permettant de désactiver “les points gâchettes” ou contractures, favorisent la récupération musculaire et accélèrent la disparition des douleurs. Ils permettent d’aligner les fibres musculaires, d’activer la circulation sanguine et lymphatique, drainant ainsi les toxines. Ils permettent également de libérer le corps des tensions et de se sentir mieux.

-le stretching et le yoga sont des outils très importants pour nous. Ils permettent de lutter contre la rigidification et la rétractation du corps et permettent également de retrouver la longueur et la souplesse de la colonne en décompressant les disques intervertébraux. Un corps souple limite les frottements osseux et articulaires, ce qui permet de prévenir certaines pathologies. Lorsque le corps est souple, il conserve une élégance en vieillissant.

-les placements/la posture.  Le but du travail postural est de ramener le corps à son placement naturel, c’est-à-dire le placement BODY REBOOT, le libérant ainsi des mauvaises tensions. Pour voir ce à quoi nous faisons référence en parlant de placement, regardez la vidéo suivante.

Et/ou allez lire l’article suivi en ligne sur le blog également:

Votre placement en 4 étapes

D’autre part, cela permet de prévenir et éliminer les douleurs induites par la mauvaise posture : tassement des disques vertébraux induisant des pathologies de dos, frictions anormales des tendons et ligaments, induisant des tendinites. Enfin une posture naturelle sans compensation permet d’avoir un corps droit et harmonieux.

-l’activité physique qui renforce le corps dans le bon alignement en le rendant harmonieux et agile. Celle-ci permet aux gens d’apprendre à maîtriser leur corps afin de pouvoir s’en servir au quotidien. Chez nous, on apprend comment « plier » la colonne sans avoir peur, contrairement aux enseignements classiques qui prodiguent de rester « figé ».

La musculation. La musculation en salle permet de conserver voire accroître sa force physique et masse musculaire afin de jouir d’une vitalité à toute épreuve au quotidien et de bien vieillir.

Le Pilates. Le Pilates est une méthode complémentaire et indispensable. Elle consiste à renforcer le « core » en renforcement les muscles profonds du centre du corps dans le but de mieux répartir les forces et de se construire une ceinture abdominale et une colonne sans faille.

Donc pour résumer la méthode BODY REBOOT c’est :

1/étirer, masser le corps, le libérer de ses douleurs, si douleurs il  a

2/Corriger les défauts posturaux, refaire des fondations « saines » et solides

3/retonifier, remuscler à partir de bases saines

Pour voir l’interview complète, cliquez sur ce lien.

Douleurs cervicales & musculation des triceps

Aujourd’hui, on vous parle toujours de douleurs cervicales mais causées cette fois ci par les exercices de musculation pour les triceps! Ah les fameux triceps…Avec l’âge si on ne les travaille pas, ça devient « des ailes de chauve-souris » comme disent nos élèves…

La plupart d’entre vous décidez de vous mettre à la musculation en voyant des vidéos sur internet et sans savoir vraiment comment faire vous essayez de reproduire ce que vous voyez, ce qui est normal. Le problème, c’est que souvent, les exercices pour muscler les triceps sont réalisés de la mauvaise façon…Et nous, avec Roumy, on a mal pour vous quand on voit ça, « on saigne » encore, de l’intérieur. Car on remarque comment une pression excessive est mise sur vos trapèze et comment vos cervicales sont tassées, compressées. Évidemment, ce n’est pas en faisant une fois le mouvement que vous allez en pâtir, mais si vous renouvelez l’opération, de la mauvaise façon, alors là, vous risquez vraiment de vous abîmer.

Il a plusieurs façons de travailler les triceps.

Parlons d’abord de l’exercice le plus connu: il s’agit des dips, à la machine ou sur le banc. En général, la majorité des gens gardent la tête relevée en fixant un point droit devant, ce qui entraine une tension excessive au niveau du trapèze supérieur, avec un tassement au niveau des cervicales.

Ce que vous devez faire, c’est relâcher votre tête vers l’avant et vous efforcez de baisser vos épaules en les fixant autant que possible à l’extérieur du buste avec les dorsaux (surtout ne serrez pas vos omoplates sinon vous êtes DEAD !). Cela va décharger la tension mise sur le trapèze et donc au niveau des cervicales également.

Puis maintenant, parlons de l’exercice des triceps à la poulie. Il y a en général plus d’erreurs commises sur la réalisation de cet exercice :

-tout d’abord vous êtes trop loin de la poulie et du coup plus du tout dans l’axe de votre charge et donc vous tirez votre charge en diagonale, et luttez contre la gravité qui est, elle, perpendiculaire

-vous chargez souvent trop la plupart du temps, et donc vous compensez avec le buste et les trapèzes qui buttent contre vos cervicales, ce qui crée un choc énorme au niveau de vos vertèbres cervicales.

-vous cassez la nuque car vous ne relâchez pas la tête vers l’avant et donc votre trapèze bute encore dans vos cervicales

-vous tendez en général vos bras à partir de vos épaules plutôt qu’à partir de vos coudes, ce qui favorise la rotation interne de vos épaules et donc la contraction inutile du trapèze supérieur qui se retrouve tordu.

Voici comment le mouvement devrait être fait :

-placez-vous, le plus possible sous la charge, dans l’axe de la gravité

-gardez les épaules basses à l’extérieur du buste en activant les dorsaux

-relâchez votre tête vers l’avant toujours pour décharger la nuque et les trapèzes

-servez vous du poids de votre corps pour stabiliser et puiser votre force

 

Mais pour que cela soit plus parlant, on vous a fait une petite vidéo sur le sujet; on vous laisse analyser la différence entre le bon et le mauvais placement.

 

Musculation des Biceps et douleurs cervicales

Si vous faites partie des musclors de la musculation, vous travaillez forcément vos biceps ! En tout cas, on espère pour vous 😉

On est sûres que vous n’avez pas pensé une seule seconde que vous pouvez vous abîmer vos cervicales en musclant vos biceps, et pourtant c’est bel et bien le cas.

Explications : La plupart d’entre vous chargez trop lourd et travaillez de plus avec les bras éloignés de votre buste. De cette façon, vous êtes obligés de prendre de l’élan avec votre corps et en faisant la flexion des bras, vos coudes partent trop vers l’avant et le muscle alors sollicité dans cette posture est le trapèze qui monte et bute dans les vertèbres cervicales.

Pour vous corriger, ramenez les bras le long du corps, gardez les coudes devant votre buste pour avoir un appui. Pour décharger vos cervicales, il faut vraiment baisser vos épaules à l’extérieur du buste et relâcher la tête vers l’avant.

Ne sortez pas la poitrine sinon évidemment vous aller accentuer votre cambrure.

Maintenant on aborde l’exercice des biceps au banc incliné car c’est celui qui vous ‘abîme’ le plus si mal exécuté, ce qui est souvent le cas. On vous explique pourquoi.

Aujourd’hui il existe encore énormément de personnes qui gardent la tête posée sur le banc incliné pendant le travail des biceps avec haltères. En gardant la tête posée sur le banc, la nuque se creuse un peu. Le fait d’avoir en plus les bras tendus avec une charge au bout des mains transforme votre petite cambrure cervicale en cou de vautour ++  Et là vous initiez le processus de destruction « en masse » de vos cervicales.

Pourquoi ? Vous savez certainement que la région cervicale est fragile. Et donc les poids lourds (parce qu’on le sait vous chargez, vous êtes des mecs) s’ajoutant à la gravité augmente la charge à soulever d’une manière considérable. Cette charge ne pouvant pas être supportée par la région cervicale, les vertèbres se compressent et le trapèze supérieur se contracte à mort en enfonçant les cervicales vers l’avant.

Face à tout ce drama, on a THE solution miracle : Décollez la tête du banc et inclinez la vers l’avant. Evidemment les épaules restent abaissées tout le temps durant l’exercice. Et tout le temps d’ailleurs. Même pendant votre sommeil 😉

Pour voir notre petite vidéo sur le sujet, rendez vous sur notre chaine

 

Musculation & douleurs cervicales

Cet article s’adresse à ceux qui font de la musculation et ont mal à la nuque. On vous parle ici que de musculation du dos car cela serait trop long de parler de tous les mouvements. Sauf si vous souhaitez poser des vacances pour avoir le temps de lire un article aussi long 🙂

Beaucoup de gens viennent à la musculation pour travailler le dos dans le but de se redresser, et cela sur les conseils de certains spécialistes.

Sacrebleu ! La machine magique pour vous redresser le dos n’existe pas ! Ben  voyons.. La seule « machine » qui peut vous redresser le dos, c’est votre colonne vertébrale. Si vous avez une mauvaise posture et que vous cherchez à travailler votre dos, vous allez muscler un corps déjà déformé à la base par cette mauvaise posture.

Est-ce que vous vous voyez une différence dans la posture ?

STOP. Pour comprendre la suite allez lire cet article:

Votre placement en 4 étapes

, dans lequel on vous explique le vrai redressement du dos, parole de Body Reboot.

Si vous êtes l’heureux « propriétaire » d’un cou de vautour,

alors vos cervicales sont déjà tassées avec les muscles de la nuque (trapèze supérieur) qui sont rigidifiés  dans une contraction permanente.

Donc si vous rajoutez une charge par-dessus tout ça, vous propulsez alors le cou de vautour encore plus vers l’avant. Et accentuez le tassement au niveau des cervicales.

Et cerise sur la gâteau, on est sûres que vous serrez les omoplates en pensant bien faire parce que c’est ce qu’on vous dit et que c’est ce que vous voyez autour de vous.

En faisant cela, vous enfoncez en plus des cervicales la colonne dorsale aussi vers l’avant, tant qu’à faire. Et si vous avez la colonne dorsale  enfoncée vers l’avant, vous avez les muscles de chaque côté qui sont crispés pour compenser, ce qui crée un conflit anatomique. Les para vertébraux sont conçus à la base pour maintenir la colonne droite et non pas pour l’enfoncer vers l’avant.

Cette posture anatomiquement forcée crée des contractures, des usures prématurées des cartilages et des tendons. C’est le signe que votre corps souffre.

Vous pouvez vous servir des machines de musculation pour vous redresser seulement si auparavant vous avez fait un travail de rééducation posturale, sinon vous allez vous déformer encore plus.

Si jamais vous n’avez pas eu le temps de regarder notre lien précédent, on vous le remet c’est cadeau !

Votre placement en 4 étapes

En ayant une colonne allongée, vous avez un dos droit.

En ayant un dos droit, vous déchargez les tensions musculaires dûes aux conflits anatomiques et enlever le tassement entre les vertèbres. Si vous renforcez votre dos ainsi, avec les épaules à l’extérieur du buste, sans rapprocher vos omoplates, vous allez gagner en largeur de dos. Et on a une très bonne nouvelle, tout le monde a une colonne vertébrale, il suffit juste d’apprendre comment ‘l’activer?

Donc en faisant de la musculation du dos vous pouvez être taillé en V ou ressembler à un vilain petit canard noir.

Pour conclure, restez attentif aux messages que vous envoie votre corps, et rappelez vous s’il y a des douleurs, essayez de corriger le tir.

On vous invite à regarder cette vidéo illustrant nos propos 🙂